Simus Paradise


 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Dopages, tricheries et manipulations.

Aller en bas 
AuteurMessage
Dee Michael
Eternel enfant
Eternel enfant
avatar

Masculin
Bélier Nombre de messages : 21571
Age : 66
Localisation : Présent !
Humeur : Jimnyste

MessageSujet: Dopages, tricheries et manipulations.   Mar 26 Déc 2017 - 20:20

Au vu des circonstances, qui depuis l'affaire Armstrong, qu'on pensait être la dernière tant elle était énorme, ne cessent de nous dévoiler de nouveaux cas, force est de constater qu'un sujet ciblé sur la tricherie dans le vélo est devenu indispensable et vous allez rapidement comprendre pourquoi.

C'est qu'en effet, dans sa grande bonté légendaire, le père Noël a déposé un splendide cadeau dans la crèche du "Canard Enchaîné" et les autres support n'ont pas tardé à le reprendre et en faire leurs choux gras.
Mais ça vaut la peine, voyez plutôt, je colle le texte intégral(moins quelques passages bien trop bisounours mais il en reste encore...) pour la postérité.




En route vers le pire des scandales !

Après l'échappée asthmatique de Chris Froome la semaine dernière, voilà deux magistrats français lancés à la poursuite d'une incroyable affaire.
Selon l'édition du 20 décembre du «Canard Enchaîné», deux juges d'instruction, Claire Thépaut et Serge Tournaire, enquêtent depuis l'été dernier sur des faits de corruption et d'escroquerie dans le cyclisme. À l'origine de leur travail, des soupçons sur des faits gravissimes autour d'un «pacte de corruption scellé au plus haut niveau international qui aurait profité à de très grands coureurs».

Pas de noms encore, pas de détails, mais de vraies interrogations sur le fait que les champions aient pu bénéficier des dernières avancées technologiques en matière de moteurs électriques… tout en étant couverts par leurs employeurs, les dirigeants, les institutions… Si tout ça devait être avéré, nous serions en présence du plus grand scandale de l'histoire d'un sport pourtant très riche dans ce domaine.

Péraud missionné

L'élection du Français David Lappartient à la tête de l'Union cycliste internationale l'été dernier a constitué un signe positif pour de nombreux acteurs et observateurs. Il a nommé depuis Jean-Christophe Péraud, jeune retraité du peloton, pour lutter contre le dopage technologique. «Je ne suis pas là pour trouver des moteurs mais pour prouver qu'il n'y en a pas, a précisé hier le Toulousain. La vérité c'est qu'en cyclisme, en raison d'un lourd héritage, il faut toujours prouver son innocence.»

Lors des deux dernières saisons, 50 000 contrôles (4 000 sur le dernier Tour de France) ont été effectués afin de chercher des mini-moteurs cachés. Deux cas seulement, dérisoires, celui de la Belge Van den Driessche aux Mondiaux juniors de cyclo-cross, et celui d'un modeste vétéran de 43 ans, attrapé par Christophe Bassons (le Tarnais est responsable de la lutte antidopage en Nouvelle-Aquitaine), en Dordogne, au mois d'octobre.

Nés lors des triomphes de Cancellara lors des classiques du printemps 2010, les doutes sur cette nouvelle forme de tricherie alimentent régulièrement la chronique depuis. Chaque roue qui s'emballe, chaque performance trop éclatante rallument les suspicions. Le feuilleton semble loin d'être clos.


Alexandre Geniez: "Ca va péter un jour !"

En Belgique, Alexandre Geniez n'avait pas eu connaissance de l'information du «Canard» quand nous l'avons contacté. Le cycliste aveyronnais s'est montré surpris comme tout le monde dans le milieu. C'est évidemment les termes de «corruption» et «d'escroquerie» qui l'ont interpellé. «Pour moi, comme ça, au premier abord, ça ne peut concerner qu'une équipe, une des meilleures du monde, son leader et d'autres coureurs sans doute, mais aussi l'UCI et la Fédération britannique…» Suivez le regard du dernier (et brillant) vainqueur des «Trois Vallées Varésines». Lui et bon nombre de ses collègues se posent toujours des questions sur le fonctionnement et la réussite de Chris Froome et des Sky. «Ils ne se loupent jamais, ils sont toujours supérieurs dans les grands rendez-vous et ils gagnent ce qu'ils ont programmé. C'est comme les Anglais sur la piste, on se dit toujours qu'il y a quelque chose. Je pense que ça va péter un jour, qu'on apprendra des trucs…»


Ca existe depuis longtemps et plus qu'on ne le croit…"

Le Ruthénois est pourtant persuadé que le mal est derrière nous. «C'est vrai, dans une échappée, parfois avec certains mecs, tu te demandes, tu te poses des questions, mais je pense qu'avec les contrôles, aujourd'hui, c'est difficile. Le vélo électrique, ça existe depuis déjà longtemps et peut-être plus qu'on ne le croit mais il n'a concerné à mon avis que quatre ou cinq coureurs… On connaît les noms…» Celui de Cancellara revient toujours. Ses sorties triomphales au Tour des FLandres et dans l'Enfer du Nord continuent à tourner en boucle sur la toile avec des chapelets de commentaires grinçants ou moqueurs.

Par contre, Alexandre Geniez n'imagine pas un instant qu'ASO, le géant de l'organisation mondiale, soit impliqué dans l'affaire de corruption qui intéresse les juges. «D'abord parce que je ne vois pas leur intérêt, ensuite parce qu'ils ont prouvé souvent qu'ils étaient les premiers à lutter contre toutes les fraudes. Franchement non, je ne crois pas…».


Les roues de la fortune

Il faut vivre et donc pédaler avec son temps. Nous devrons peut-être bientôt accepter de parcourir des classements à étages. Premier des 50 watts. Premier des 180 watts. Premier des 300 watts. Premier ou… dernier des débranchés.
Le problème n'est pas là. Le «Canard» vient de révéler l'existence d'un autre niveau de tromperie. Une sorte de toute-puissante association de malfaiteurs qui toucherait quasiment toutes les parties connues de la planète vélo. Au cœur de tout ça, on imagine, les roues de la fortune. Des montagnes d'euros (ou de dollars ou de… livres), la réplique multipliée par cent millions, des fameuses primes de nos courses de villages qui alimentaient les mafias du peloton amateur.


Une version de cette publication se trouve ici:
https://www.ladepeche.fr/article/2017/12/25/2710863-en-route-vers-le-pire-des-scandales.html

Intéressant non ?
On constate qu'on s'approche toujours un peu plus de ce qu'hier certains naïfs chroniques appelaient de la "paranoïa". Des naïfs chroniques qui pourtant ne se sont jamais gênés pour diffamer Fabian Cancellara sur base de pure impressions personnelles car à ce jour, personne n'a jamais vu de moteur dans un vélo du Suisse...
Aujourd'hui par exemple, j'ai vu les deux roues du vélo de Pauline Ferrand-Prévot(et de quelques autres aussi) continuer de tourner comme si elle pédalait encore alors qu'elle avait son vélo sur l'épaule. Personne ne fait une réflexion négative là ? Pourtant il y a plus qu'on n'en ait jamais vu sur le vélo de Cancellara...Par ailleurs, on n'a non plus jamais creusé vraiment le cas de Jeannie Longo, "super Mamie" ne devait pourtant pas être alimentée à l'eau claire non plus...

Quoi qu'il en soit, j'ai hâte de voir jusqu'où ira Lappartient, ou plutôt, jusqu'où on le laissera aller car il y a derrière tout ça des intérêts sans doute colossaux qui ne laisseront pas indifférents les principaux manipulateurs...

Pour suivre cette affaire de plus près que je ne pourrais le faire, consultez régulièrement ce lien:

http://www.velo101.com/forum/voirsujet/moteur-electrique-sa-continue--41360

Et joyeux Noël...

CB furax

~~~~^_^~~~~

______________________Jouer pour rester jeune, rester jeune pour jouer.

__________________________________Mon vélo c'est ma liberté.


Dernière édition par Dee Michael le Dim 25 Nov 2018 - 10:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://vimeo.com/chisum/videos
Dee Michael
Eternel enfant
Eternel enfant
avatar

Masculin
Bélier Nombre de messages : 21571
Age : 66
Localisation : Présent !
Humeur : Jimnyste

MessageSujet: Re: Dopages, tricheries et manipulations.   Mar 26 Déc 2017 - 20:56

Dans les autres bisounourseries restant dans l'article, on relève ce "trait" de J-C Péraud: "Je ne suis pas là pour trouver des moteurs mais pour prouver qu'il n'y en a pas".
Autrement dit, il ne cherche pas les vélos avec moteur, il cherchera exclusivement ceux sans moteur. Je me demande bien ce que ça signifierait d'avoir trouvé 100 ou même 1000 vélos sans moteur si il reste ne serait-ce que 3 ou 4 vélo AVEC moteur. Ca doit sans doute être ça la Justice à la sauce Sky.

Par ailleurs vous avez noté qu'on fait dire à Géniez que ASO est blanc comme neige avec ce "je ne vois pas leur intérêt". Ben il n'est pas sur le point de le voir l'intérêt de Amaury Sport Organisation, pour le voir il faudrait éplucher les comptes et surtout celui des dirigeants, CP en premier ! Le scenario le plus probable étant que la mafia du cyclisme à laquelle est affiliée la Sky, verse des sommes astronomiques à ASO ce qui leur permet d'exister. En retour, on ferme les yeux sur les tricheries et autres magouilles. On arrose évidemment les journalistes de la même façon, ce qui fait qu'au final le bisounours du bord des routes continue de croire que tout est clean dans le vélo et qu'un asthmatique peut gagner le Tour sans problème...

Plus besoin de sketches comiques pour avoir des fous-rires, il suffit de suivre l'actu cycliste !

~~~~^_^~~~~

______________________Jouer pour rester jeune, rester jeune pour jouer.

__________________________________Mon vélo c'est ma liberté.
Revenir en haut Aller en bas
https://vimeo.com/chisum/videos
Dee Michael
Eternel enfant
Eternel enfant
avatar

Masculin
Bélier Nombre de messages : 21571
Age : 66
Localisation : Présent !
Humeur : Jimnyste

MessageSujet: Re: Dopages, tricheries et manipulations.   Ven 19 Jan 2018 - 2:11

Les fêtes étant terminées, on en revient aux choses sérieuses.
Et...il était temps !

Le président de l'UCI, David Lappartient, a exprimé le ferme souhait que l'équipe Sky ne fasse pas courir Chris Froome tant que la décision concernant son contrôle antidopage anormal de la dernière Vuelta n'est pas prise. En outre, il a affirmé redouter que l'affaire traîne en longueur, "au moins un an". "Sky devrait suspendre Froome mais ce n'est pas à moi d'interférer", a déclaré le président français de l'UCI dans un entretien accordé au quotidien régional Le Télégramme à propos du cas du Britannique, quadruple vainqueur du Tour de France. "Sans présager de la culpabilité du coureur, ce serait plus simple pour tout le monde. A Brailsford de prendre ses responsabilités. Je crois d'ailleurs que c'est aussi ce que souhaitent les autres coureurs. Ils en ont marre de l'image générale véhiculée", a estimé David Lappartient en rappelant que le champion du monde du contre-la-montre, le Néerlandais Tom Dumoulin, avait dit que, "si cela lui était arrivé, sa formation l'aurait suspendu à titre conservatoire".

David Lappartient a précisé avoir appris le résultat du contrôle de Froome "une heure après" son élection à la tête de l'UCI, le 21 septembre. "
Que le résultat soit anormal ou pas, de manière naturelle ou frauduleuse, c'est terrible. Aux yeux du grand public, il est déjà coupable. C'est en tout cas à Froome de démontrer les raisons qui ont pu conduire à une telle concentration de salbutamol, la charge de la preuve lui incombe. A lui de constituer son dossier. A partir de là, le Legal Anti-Doping Services(LADS) de l'UCI verra si ses arguments sont recevables. Si ce n'est pas le cas, une sanction qui peut être de deux ans lui sera proposée. S'il ne l'accepte pas, on ira au tribunal antidopage de l'UCI avec possibilité d'appel, d'un côté comme de l'autre devant le Tribunal arbitral du sport. On est parti pour une bagarre juridique qui va durer longtemps. Cette affaire ne va pas se régler en deux minutes. Elle peut au moins durer un an. On va traîner cela comme un boulet" a regretté David Lappartient.

"Je ne suis pas contre" les AUT(autorisations à usage thérapeutique) a ajouté David Lappartient. Mais il a rappelé, pour la critiquer, la position de l'ancien entraîneur de Sky, Shane Sutton, qui a justifié d'aller chercher un gain supplémentaire de performance par le biais des AUT: "C'est la raison pour laquelle je souhaite mettre en place une surveillance médicale indépendante au niveau de l'UCI avec une interdiction de départ au cas où...). Cela permettra notamment de régler le problème des corticoïdes."

Par ailleurs, David Lappartient a annoncé la présentation, le 21 mars, d'une "batterie d'actions qui vont être mises en place" pour lutter contre la fraude technologique, le fameux moteur caché: "Nous allons clairement passer à la vitesse supérieure. L'ennemi, c'est le doute. Il m'est arrivé d'en avoir."


Enfin ça bouge mais espérons que la mafia ne va pas mitrailler tout le monde à la St Valentin !
Gunfight





~~~~^_^~~~~

______________________Jouer pour rester jeune, rester jeune pour jouer.

__________________________________Mon vélo c'est ma liberté.
Revenir en haut Aller en bas
https://vimeo.com/chisum/videos
Dee Michael
Eternel enfant
Eternel enfant
avatar

Masculin
Bélier Nombre de messages : 21571
Age : 66
Localisation : Présent !
Humeur : Jimnyste

MessageSujet: Re: Dopages, tricheries et manipulations.   Mer 21 Fév 2018 - 14:51

Selon un post lu sur vélo101, Cyril Fontayne, l'amateur de 3ème catégorie pris sur le fait avec un moteur électrique dans le cadre, vient d'être condamné à 5 ans de suspension par la FFC...
Vu le niveau c'est beaucoup-beaucoup et si on met une sanction équivalente à un pro genre Froome, ça devrait être la suspension à vie.
Mais bon, un de pris pour combien qui passent à travers ?

~~~~^_^~~~~

______________________Jouer pour rester jeune, rester jeune pour jouer.

__________________________________Mon vélo c'est ma liberté.
Revenir en haut Aller en bas
https://vimeo.com/chisum/videos
Dee Michael
Eternel enfant
Eternel enfant
avatar

Masculin
Bélier Nombre de messages : 21571
Age : 66
Localisation : Présent !
Humeur : Jimnyste

MessageSujet: Re: Dopages, tricheries et manipulations.   Lun 5 Mar 2018 - 16:20

Lorsque je disais en 2012 à la suite de la victoire de Bradley Wiggins dans le Tour, qu'on devrait attendre quelques années pour avoir les preuves qu'il était dopé, je ne parlais pas en "mauvais perdant" mais en réaliste car j'en étais certain.
Aujourd'hui enfin, on parle !
Un rapport explosif, et pas d'un institut de sondage mais bien du très honorable parlement britannique est sorti et dénonce clairement que Wiggins et Sky ont utilisé des produits dopants pour gagner le tour 2012.

https://www.theguardian.com/sport/2018/mar/05/bradley-wiggins-and-team-sky-accused-drugs-in-damning-report

Si vous ne lisez pas l'anglais, passez l'article au traducteur, ça vaut la peine car c'est vraiment explosif. Le rapport a constaté que Team Sky avait abusé du système des exemptions pour usage à des fins thérapeutiques. Wiggins-et probablement aussi ses équipiers-était "préparé" au triamcinolone, un puissant corticoïde.
Sur les ondes de la RTBF il a même été dit que des flacons de ces produits interdits avaient été livrées directement au vélodrome de Manchester(ou s'entrainait Wiggins). D'autres preuves ont été évoquées on va certainement en parler plus sous peu, France 3 ne pourra pas se taire durant toute la saison !

Ce rapport remet évidemment en question l'esprit éthique toujours vanté par David Brailsford depuis qu'il est en charge de Sky jusqu'à aujourd'hui encore !

Voilà qui sonne le glas de la Sky, de Froome et de sa mobylette. Ca met aussi à mal la probité d'ASO qui a également couvert les Sky éhontément, j'attends là aussi une révolution de palais ! Si David Lappartient est réellement un monsieur propre, il ne pourra pas ignorer ce rapport et va même devoir faire accélérer le processus de suspension de Froome, dont l'affaire datant du 16 septembre 2017 et dévoilée par une fuite(heureuse pour nous, malheureuse pour eux) le 20 décembre, n'a toujours pas été sanctionnée 8 Rien que ça c'est déjà un affront au sport.

Espérons aussi que l'UCI aura la sagesse de déclasser tant Froome que Wiggins pour leurs victoires volées aux Tours et que les records et médailles de Wiggins lui seront aussi retirées.

Quand on pense que Her Majesty the queen a fait "pair du Royaume" ces tricheurs, il y a de quoi faire s'enrouer Big Ben !

Twisted Evil

~~~~^_^~~~~

______________________Jouer pour rester jeune, rester jeune pour jouer.

__________________________________Mon vélo c'est ma liberté.
Revenir en haut Aller en bas
https://vimeo.com/chisum/videos
Dee Michael
Eternel enfant
Eternel enfant
avatar

Masculin
Bélier Nombre de messages : 21571
Age : 66
Localisation : Présent !
Humeur : Jimnyste

MessageSujet: Re: Dopages, tricheries et manipulations.   Sam 22 Sep 2018 - 17:11

Back home pour quelques piques pas piquées des vers...

1.

Le coureur français Rémy Di Grégorio a été condamné lundi à un an de prison avec sursis, pour avoir détenu du matériel permettant le dopage en 2012, alors qu'il participait au Tour de France.
Rémy Di Grégorio avait été interpellé le 10 juillet 2012, à Bourg-en-Bresse, lors d'une journée de repos du Tour de France, qu'il courait au sein de l'équipe Cofidis. L'enquête avait établi des commandes sur Internet et l'achat dans des pharmacies de grandes quantités de matériel pouvant servir au dopage.

Placé sur écoute, ses conversations avaient révélé que Di Grégorio était en contact avec un coureur espagnol et un naturopathe marseillais. Elles laissaient transparaître une volonté de recourir au dopage et à des méthodes d'ozonothérapie (une technique d'autotransfusion avec réinjection du sang enrichi à l'ozone). Et, dans un sac que lui avait apporté un de ses proches, les enquêteurs avaient découvert des produits mais, après expertise, aucun n'entrait dans la liste des substances dopantes interdites.

Pour ces faits, Rémy Di Grégorio a été condamné lundi à un an de prison avec sursis et à 2000 euros d'amende. Le tribunal n'a cependant pas prononcé l'interdiction définitive d'exercer la profession de coureur cycliste qu'avait requise le procureur. Di Grégorio devra également verser un euro symbolique au titre du préjudice moral à la Fédération française (FFC) qui s'était constituée partie civile.

En mars dernier, Rémy Di Grégorio a été provisoirement suspendu par l'Union cycliste internationale (UCI) après un contrôle positif à l'EPO durant Paris-Nice. Mais il conteste s'être dopé et une enquête judiciaire est en cours.


2.

La vérité sur le blanchiment inconcevable de Chris Froome.
Trop long à recopier, je mets le lien.
Bonne lecture...dans le calme !

http://www.cyclisme-dopage.com/actualite/2018-07-03-lemonde-fr.htm

Mais je ne peux résister à ce coller explicite: "D'autres experts de la communauté antidopage sont formels : l'AMA a eu peur d'un procès coûteux et la décision de classer l'affaire n'est pas venue du directeur scientifique, mais de la direction de l'Agence, dont le budget est inférieur à celui de la seule équipe Sky."

CQFD.


3.

Il y a aussi les femmes, ces chères équivalentes...en tout.

"La cour d'appel de Grenoble a confirmé, ce mercredi 4 juillet, la condamnation à un an de prison avec sursis de Patrice Ciprelli, époux et entraîneur de la championne cycliste Jeannie Longo. Il a été condamné pour importation de produits illicites et devra verser en outre 5800 euros d'amende. Il a été reconnu coupable d'avoir acheté à l'étranger trente-trois boîtes ou flacons d'EPO pour un montant de près de 3000 euros."

http://www.cyclisme-dopage.com/actualite/2018-07-04-francebleu-fr.htm


4.

Dopage au Tour de France ?

http://www.cyclisme-dopage.com/actualite/2018-07-17-lemonde-fr.htm


5.

Naïveté ou parano ?
Ni l'un ni l'autre: réalisme.

Il ne s'agit pas d'en faire l'apologie, mais les faits sont là : le dopage paie, toujours et encore. Caféine, corticoïdes, Tramadol : les produits de base utilisés par une partie du peloton répondent aux trois critères pour les qualifier de dopants - amélioration de la performance, risque sanitaire et contraire à l'esprit sportif -, et pourtant ils sont légaux.

Leur utilisation par l'équipe Sky, dans le passé au moins, est attestée. Est-ce grâce à eux que Geraint Thomas a développé avec une stupéfiante facilité autour de 420 watts en moyenne dans les six principaux cols finaux des étapes de ce Tour 2018 ? Comme Bradley Wiggins, son prédécesseur chez Sky, a allumé la flamme olympique, le Gallois a rallumé celle d'exploits à un niveau qu'on croyait à jamais éteint.

Le dopage paie : les commentateurs, consultants, experts des médias les plus en vue sont souvent ceux qui ont cristallisé la tricherie. Dans le déni de leur passé, même sous serment devant le Sénat, ils encouragent, en minimisant le dopage actuel, ce qui leur a permis de monter dans l'ascenseur social et leur a apporté argent et notoriété. (...) Lance Armstrong me disait, avant la résolution de son procès dans un accord avec la justice américaine : « Antoine, on me réclame 100 millions de dollars : je ne les ai pas. » Il n'en a rendu qu'une dizaine. Il anime son propre talk-show. Le dopage paie pendant et après sa carrière. C'est un investissement. Faire un hold-up garantit retraite et reconversion dans le milieu.

http://www.cyclisme-dopage.com/actualite/2018-07-28-lemonde-fr.htm


6.

Qui croit aux miracles ?
Les bisounours bien sûr.

Le leader du Team Sky, qui a laissé cette année le maillot jaune à son équipier Geraint Thomas, est l'athlète de grands tours qui a comblé le plus gros déficit de résultats dans sa carrière. Et en un temps record. Passé de «toquard» présumé (83e de son premier Tour en 2008 avec plus de 2 h 22 de retard) à «champion» révéré.

Une métamorphose accomplie en quelques jours en 2011. Froome a 26 ans. Le 6 août, il termine péniblement 85e du Tour de Pologne et va picoler de la vodka. Son manager, Dave Brailsford, envisage de le transférer chez RadioShack, ex-maison de Lance Armstrong. Il envoie un texto saignant à l'agent du coureur, Alex Carrera : «Qu'est-ce que Chris a fait cette saison ? Rien du tout !» Puis Froome est appelé en catastrophe sur le Tour d'Espagne qui débute le 20 août, pour remplacer un coureur malade. Trois semaines plus tard, le 11 septembre, il explose les pronos en terminant deuxième. Treize secondes derrière l'Espagnol Juan José Cobo et 1'26'' devant son collègue Bradley Wiggins.

Cette ascension de missile sol-air n'a pas seulement secoué le public mais aussi la Sky, selon les informations recoupées par Libé. L'équipe regroupe alors ses hommes de confiance pour une réunion spéciale. La question : «On fait quoi avec Froome ?» La direction s'alarme que son coureur puisse être surmédicalisé, voire dopé. Car avant de devenir la formation la plus suspecte du peloton, Sky s'attache à être vue comme la plus propre. Une source indique : «On ne savait pas du tout comment travaillait Froome.» Tout le contraire de Wiggins, que le staff programme à devenir un coureur du Tour depuis 2008. Brailsford pressent aussi que la cohabitation entre les deux hommes peut virer au conflit, ce qui se sera le cas dans le Tour 2012 : plus fort que Wiggins en montagne, Froome est prié de le laisser gagner.

A Madrid, au terme du Tour d'Espagne, des témoins voient Froome et son agent dans une discothèque, parlant affaires avec le patron de l'équipe Saxo Bank, Bjarne Riis. Mais les sponsors de Sky insistent pour que Brailsford conserve ce talent. Ce dernier signe donc un nouveau contrat, avec un montant multiplié par douze, autour de 1,2 million d'euros. Dès lors, la Sky va assurer la préparation de son nouveau héros. Et sa communication.

Bilharziose.

Pour expliquer la croissance asymptotique de ses performances, Froome avance une première explication : il aurait contracté fin 2010 un parasite qui s'attaque aux globules rouges, la bilharziose, en nageant dans un lac au Kenya, son pays de naissance, et il aurait guéri juste à temps pour le Tour d'Espagne 2011. Ces informations sont en partie contredites par le Daily Mail en 2014. Froome vient alors de recevoir une autorisation par l'Union cycliste internationale d'utiliser un corticoïde en spray nasal. Le quotidien indique que le coureur souffre d'asthme - ce qui pourrait justifier le spray - et d'urticaire, ainsi que d'une autre affection tropicale, la blastocystose, qui provoque des douleurs gastriques.

Quant aux troubles de la bilharziose, ils auraient été enrayés en 2013 et non pas en 2011. Et ce au moyen de cinq traitements au praziquantel, qui s'administre parfois en une seule cure. Cet antiparasite peut être dangereux pour l'organisme, au point qu'on le complète parfois par des corticoïdes, ces médicaments bien connus pour leur pouvoir dopant. Froome a-t-il couru malade entre 2011 et 2013 ? A-t-il usé de «corticos» ? Le Britannique ne donne pas plus de précisions sur son livret de santé.



7.

Big Mat paye la note.

Un médecin qui s'occupait d'une équipe professionnelle du 93 et trois anciens cyclistes comparaissent devant le tribunal correctionnel huit ans après le début de cette affaire.

Disprostène, amphétamine, Solupred, seringues, Erythropoïétine (EPO), corticoïdes, hormone de croissance. Voilà le vocabulaire bien spécifique qui va s'inviter jeudi devant la 10e chambre du tribunal de Créteil. Elle va avoir à juger une affaire de dopage dans le milieu du cyclisme survenue il y a 8 ans.

Quatre hommes vont comparaître. Un médecin généraliste dont le cabinet se trouvait à Créteil et trois anciens coureurs cyclistes. Le praticien était celui qui s'occupait alors de l'équipe professionnelle BigMat-Auber, basée à Aubervilliers. (...) La Fédération française de cyclisme est partie civile dans ce dossier.

Philippe Bedoucha est jugé pour avoir fourni de l'EPO et des hormones de croissance à plusieurs coureurs, qui n'étaient pas licenciés chez BigMat. Ils seront trois à comparaître jeudi pour l'acquisition et la détention de ces « substances » : Cédric Jeanroch, Geoffrey Clochez, deux coureurs amateurs, et Jean-Philippe Tellier. Ce dernier sera également jugé pour « incitation », ayant reconnu avoir joué le rôle d'intermédiaire pour les deux autres.

C'est avec lui que commence cette affaire le 11 mai 2010. Ce coureur alors licencié dans un club en Eure-et-Loir fait l'objet d'un contrôle antidopage alors qu'il participe à une course nocturne à Aubervilliers.

(...)

Le contrôle révèle qu'il s'est administré une dose d'EPO (...). Il dénonce un trafic de produits dopants. Entendu par les policiers, il raconte alors avoir fait la connaissance de Philippe Bedoucha, à qui il a demandé de lui fournir de l'EPO. Ce qu'il fait en lui remettant une seringue de NeoRecormon, l'un des noms commerciaux de l'EPO, en échange de 500 €.

Placé en garde à vue, Jean-Philippe Tellier raconte que le médecin lui a fourni des amphétamines dès 2007. Alors qu'il lui avait proposé d'acquérir autres produits dopants, Jean-Philippe Tellier avait soumis l'idée à Cédric Jeanroch et Geoffrey Clochez d'en acheter en commun. (...)

Entendu une première fois, Philippe Bedoucha explique alors qu'il a pris de l'EPO entre 2007 et 2009 parce qu'il avait un cancer. Niant d'abord en avoir vendu ou cédé, il reconnaîtra finalement une partie des transactions. Mais en réfutant un système de dopage organisé au sein de l'équipe dont il s'occupait. Aucun des coureurs qui la composaient alors n'a été mis en cause.

Concernant les transactions entre Philippe Bedoucha et les trois autres cyclistes, les enquêteurs avaient estimé que le montant total de ce commerce illégal s'était élevé à 16 000 € en deux ans et demi. Lors de sa mise en examen en 2011, Philippe Bedoucha s'était dit victime d'un « complot ». Contactés, les avocats de trois des quatre prévenus n'ont pas répondu à nos sollicitations.


http://www.cyclisme-dopage.com/actualite/2018-09-20-leparisien-fr.htm


Question: combien de temps devra-t-on attendre pour apprendre la vérité sur les coureurs actuels non-membres du MPCC ? Car ce n'est qu'une question de temps...

~~~~^_^~~~~

______________________Jouer pour rester jeune, rester jeune pour jouer.

__________________________________Mon vélo c'est ma liberté.
Revenir en haut Aller en bas
https://vimeo.com/chisum/videos
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dopages, tricheries et manipulations.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dopages, tricheries et manipulations.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
Simus Paradise :: Le coin des vélos :: Cyclisme-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: